Le son Pleyel

Pleyel, la sonorité romantique

La Maison Pleyel fabrique des pianos à queue de haute facture reconnaissables entre tous pour leur sonorité romantique, la délicatesse de leur toucher et leur sensibilité de jeu offrant un répertoire tout en nuances.
Les pianos Pleyel sont indissociables de Frédéric Chopin, du répertoire romantique et aujourd’hui du jazz. Ils sont caractérisés par des basses amples et profondes, des aigus scintillants et un médium chantant. Chopin travaillait la couleur du son et les Pianos Pleyel lui offraient la palette de nuances indispensable à son œuvre.
« Et c’est toujours dans le secret de sa sonorité aristocratique et émouvante que repose le mieux l’âme du plus musicien des pianistes ». Alfred Cortot (A propos de Pleyel et de Chopin).
« Quand je me sens en verve et assez fort pour trouver mon propre son à moi, il me faut un piano de Pleyel » 
Frédéric Chopin.

Pleyel, le son « à la française »

En 1887, Gustave Lyon, musicien accompli, ancien élève de l’Ecole Polytechnique et doté d’un diplôme d’ingénieur des Mines, prend la direction de la Maison Pleyel. Il utilisa ses connaissances scientifiques pour améliorer la qualité des pianos et approfondir les secrets de l’acoustique.
Ce fut en effet sous la houlette de Lyon que les pianistes purent adopter le fameux son Pleyel, incarnant "le son à la française" grâce à ses particularités coloristiques romantiques.
Les Pleyel avaient et gardent encore aujourd’hui comme caractéristiques une grande légèreté, une rondeur, une puissance des graves et un étonnant scintillement des aigus qui leur confèrent une réelle harmonie.
Le son des pianos Pleyel séduit toute la jeune génération d’alors, composée essentiellement de compositeurs russes.
En 1907, Gustave Lyon organise un concert en leur honneur à la Salle Pleyel de la rue de Rochechouart. Camille Saint-Saëns, lancé par la Maison Pleyel quand il avait onze ans, organise l’événement qui rassemblera de prestigieux pianistes : Rimsky-Korsakov, Rachmaninov ou encore Wanda Landowska.
Le 18 octobre 1927, à l’occasion de l’inauguration de la Salle Pleyel, ce sont Ravel et Stravinsky qui dirigent chacun leurs propres œuvres devant un parterre de personnalités dont le Président de la République, Monsieur Gaston Doumergue.
« La seule difficulté que j’ai éprouvée avec le superbe piano Pleyel que j’utilisais pour mes concerts, était de m’en séparer » Edward Grieg.
Depuis Chopin, de nombreux artistes ont été des artistes Pleyel : Debussy, Grieg, Ofenbach, Rossini, Rubinstein, Strauss, Stravinsky, Ravel, De Falla, Honneger, Cortot, Saint-Saëns, … et bien d’autres. Aujourd’hui, des artistes comme Berezovsky ou Craig Armstrong sont des inconditionnels de la marque.

Une fabrication sans compromis

Dès la fin du 19ème siècle, Pleyel est à l’origine d’un foisonnement d’inventions qui a donné, après un long parcours, le piano moderne.
De l’amélioration des cordes à l’invention de la pédale tonale, du clavier transpositeur au pédalier-clavier, Pleyel s’est fait remarquer par la nouveauté de ses créations au service de la musique. Bien souvent à l’avant-garde, ses innovations sont devenues des classiques en matière de facture instrumentale.
Pleyel, deux syllabes qui synthétisent deux siècles de savoir-faire français en matière de facture instrumentale, opère une sélection rigoureuse des meilleurs composants et matériaux afin que le plaisir du pianiste reste intact jour après jour. 

Un label de qualité français

Toujours fidèle à sa tradition d’excellence, Pleyel, pour la fabrication de ses instruments, se montre d’une grande exigence dans le choix des composants et la sélection des matériaux : 
Pour ses tables d’harmonie, qui donnent son âme au piano, Pleyel utilise de l’épicéa de premier choix du Val de Fiemme réputé pour ses exceptionnelles facultés vibratoires (bois dans lequel étaient fabriqués les Stradivarius), qui a la capacité d’amplifier l’émotion musicale et de donner une plus grande puissance à l’instrument. La même exigence que celle imposée pour la sélection du bois qui la compose est portée à la fabrication de la table d’harmonie.
Pleyel utilise aussi une mécanique Renner, reconnue comme étant l’une des plus performantes au monde, réalisée selon le dessin et les spécifications de Pleyel garantissant ainsi le plus haut niveau de performance et de fiabilité. 
Pour une plus grande résistance, les barrages sont faits chez Pleyel dans des panneaux de lamellé collé monobloc. Ils sont vernis et reçoivent une attention toute particulière en termes de finition même s’ils ne sont pas une partie apparente du piano. 
Pleyel utilise des claviers Kluge, considérés comme les meilleurs au monde, faits en bois d’épicéa procurant une très haute résistance aux variations hygrométriques. Ces claviers sont particulièrement appréciés pour leur confort et leur précision dans l’exécution.
Le cadre en fonte, véritable « colonne vertébrale » de l’instrument, sur lequel les cordes exercent une pression pouvant aller jusqu’à 20 tonnes, est contrôlé avec minutie : perfection du moulage, exécution soignée de sa surface, cycle de maturation et vérification stricte des côtes. Rien n’est laissé au hasard.
N’utilisant que des matériaux de très grande qualité, Pleyel sélectionne et façonne les différentes essences et qualités de bois avec un soin tout particulier.
Du stockage à la découpe, du taux d’hygrométrie à l’assemblage, chaque étape concernant le travail du bois fait l’objet d’un contrôle précis de qualité. 

Une fabrication tournée vers l’avenir, tradition oblige

Puisqu’un piano Pleyel doit autant aux techniques de fabrication traditionnelles qu’aux techniques les plus modernes, Pleyel conjugue les technologies d’aujourd’hui avec le savoir-faire traditionnel des compagnons-artisans. Un bureau d’études permet aux ingénieurs et aux facteurs de pianos de dialoguer en permanence et d’obtenir une synthèse parfaite entre conception, qualité des matériaux et mise au point des instruments.

Un savoir-faire et un artisanat typiquement français

Si la technologie autorise régulièrement de remarquables innovations et assure la régularité de la qualité, elle ne peut remplacer la subtilité de l’ouïe et les petits gestes si précis voire si minutieux des facteurs de pianos. Seule l’extrême minutie d’un technicien Pleyel permet d’obtenir cette qualité sonore et cette précision du toucher qui font sa réputation d’excellence à travers le monde. 
Pleyel cultive une authentique expérience avec un personnel extrêmement qualifié et détenteur de techniques de fabrication qui lui sont propres. Seuls ces petits gestes d’une extrême minutie permettent d’assembler les 20.000 pièces qui composent un piano Pleyel.
Pour ce faire, le site de production met les technologies d’aujourd’hui au service du savoir-faire traditionnel des compagnons-artisans. Ceux-ci ont été formés par leurs aînés dans le respect de l’exigence du fondateur de la Manufacture.
Le contrôle qualité quotidien garantit des pianos d’une facture instrumentale irréprochable. 
Le plaisir d’un Pleyel commence dès le contact des doigts avec le clavier : « Quand les graves langoureux s’étirent indéfiniment, quand les aigus scintillent en traits de piccolos, quand le médium frissonne Cantabile, quand le toucher fidèle obéit de tenues en piquées, c’est sûr, c’est un Pleyel ». Arthur Rubinstein.

Pour aller plus loin :